Island, vient questionner l’image et son territoire.
Présentée au devant d’une boîte lumineuse, cette image photographique noir et blanc a été imprimée puis recouverte de résine en son centre.
La résine est venue démarquer et délimiter une partie de l’image participant à sa cristallisation. Au fond, une forme s’est dessinée en son cœur, laissant son centre apparaître comme une île.
Un territoire détaché des autres.
La résine met l’image en mouvement indirectement grâce à la lumière et vient matériellement la questionner dans son entité photographique. Grâce à la lumière, programmée par interruption entre « allumé » et « éteint », devient alors visible une double exposition, le positif et le négatif de l’image.
Deux espaces interviennent à l’intérieur de l’image. Entre apparition et disparition du fond et de la forme ou inversement de la forme et du fond, l’image peut travailler son espace dans son paradoxe d’origine.

Island, 2011. Photographie imprimées noir&blanc, résine, boite lumineuse programmée.

[texte]