Passages, travaille la mise en projection d’un enregistrement passé dans sa possibilité à travers le temps.
Films d’archives de 1959, des avions ont été filmés dans le ciel par des mouvements de rapprochement. Ces mouvements sont autant précis qu’abstraits et ont rapidement questionnés le ralentit paradoxalement à leurs rapidités visibles.
Entre des images interrompues et des mouvements de mémoire, c’est une manière de leur porter attention dans ce processus de passage.
Dans une réelle problématique du déplacement, du hors champ et de la perception, cette recherche est intimement liée à Island. D’une part dans la profondeur du détachement qui fait lien et d’une autre dans la particularité de ces formes abstraites à intervenir directement dans la matière du fond de l’image.
Au delà, Passages questionne le rapprochement d’un appareil en vers un autre à l’époque de leurs premières pratiques.
Entre appareil d’enregistrement et appareil de déplacement, des mises au point s’opèrent et méritent un ralentissement pour leur exposition.
Passages du temps et à la fois de l’espace ils viennent dans leur projection questionner le point de vue et l’empreinte.

Passages, 2011. Projection video, films d'archive de 1959. 14"30'

[texte]